Carte du département des

                  Hautes-Alpes


Les principales rivières...

La haute Durance

     La Durance prend ses sources vers 2 390 mètres d'altitude, au pré de Gondran, sur les pentes du sommet des Anges. Son affluent qui constitue le système le plus long, la Clarée, prend sa source sur les pentes du Mont Thabor (3 178 m), au seuil des Rochilles, à 2 450 m d’altitude. Jusqu'au lac de Serre-Ponçon, la Durance circule dans une vallée plus ou moins large entouré des hautes montagnes du massif du Pelvoux. C'est une rivière alpine au régime nival, avec des eaux hautes en juin et un débit soutenu même en été. Les parcours de pêche y sont faciles d’accès saufs dans les gorges au niveau l’Argentière la Béssée ou la progression de fait dans des chaos de blocs. Des truites lacustres aux mensurations hors normes avoisinants le mètre peuvent vous donner des sensations dont vous vous souviendrez longtemps!

 


Le Guil

     Le Guil est une rivière torrentueuse qui traverse le Queyras.De 51,5 km de longueur et prend sa source dans les éboulis du cirque formé par la Pointe de Rome, le Pic Gastaldi et la Pointe Joanne. Le torrent commence à être visible au niveau du lac Lestio et du lac de Porcieroles. De nombreux affluents se jettent dans ce torrent de Ristolas à Guillestre. Le Ségur à Ristolas, le Boucher à Abries, le Lombard à Aiguilles, les Aigues à Château-Ville-Vielle, le Cristillan à la Maison du Roy. Entre la Maison du Roy et Guillestre, ses gorges sont majestueuses. C'est un affluent de la rive gauche de la Durance. Cours d'eau qui peut être parfois impraticable par la puissance de ses eaux. Une des rivières les plus poissonneuses du département, elle est très réputée pour la pêche à la mouche. Les truites farios y règnent en maîtres et il n'est pas rare d'y faire de très beaux poissons. Ces dernières ont une puissance adaptée à ce cours d'eau ce qui en fait de vraies torpilles! Pas besoin de tomber sur un poisson de 50 cm pour avoir un combat digne de ce nom.


Le Drac

     Le nom du Drac, originellement le Drau, est dû à une attraction par l'occitan  dra(c) « lutin », du latin dracō "dragon". Dans nombre de légendes le Drac est un génie des eaux malfaisant, voire une forme du Diable, qui attire les gens pour les noyer. Le Drac naît dans le Champsaur de la réunion du Drac Blanc (vallée de Champoléon) et du Drac Noir (vallée d'Orcières dans le massif de Mourre Froid) dans le parc National des Écrins. Il se jette dans l'Isère à hauteur de la commune de Fontaine en aval de Grenoble dans le département de l’Isère, après une traversée de 130 km au creux des vallées alpines. Les parcours que vous propose sont situés en amont du lac du Sautet. Les poissons sauvages y sont nombreux tout le long.


La Souloise

    La Souloise prend sa source sous le col de Rabou (alt. 1892 m.), dans le massif de Dévoluy,  se dirige vers le nord, et se jette dans le lac du Sautet, en Isère, où elle rejoint le Drac après un parcours de 25,6 km. Les principaux affluents sont la Ribière (rive gauche), qui conflue avec la Souloise à Saint-Disdier et les Grandes Gillardes (rive gauche), une des deux exsurgences qui se déversent dans la Souloise peu après son entrée dans le département de l'Isère. Petit cours d’eau mais parfois puissant, il abrite une forte population de truites farios sauvages et combatives. De beaux spécimens lacustres peuvent vous faire plier la canne et vous faire courir un moment!

 

 


La Séveraisse

      La Séveraisse est un torrent situé dans la vallée du Valgaudemar qui prend sa source dans les glaciers du massif des Écrins puis se jette dans le Drac au niveau de La Trinité. Il s’agit d’une des dix réserves de biotope classé en France. La longueur de son cours d'eau est de 33 km.
La Séveraisse a vingt-neuf affluents contributeurs, le plus important est le ruisseau de Navette, long de 8 kilomètres, qui descend du Pic de Mal-Cros, creuse les Oules du Diable, et traverse le village de la Chapelle avant de se jeter dans la Séveraisse. Les parcours de pêche possible sont nombreux, certains avec un accès donné à tout le monde et d'autres réservés aux pêcheurs les plus aguerris!


     Voilà pour une partie des rivières les plus connues. Bien sûr je n'oublie pas la Clarée, le Buëch, le Gyr et l'Onde, la Guisane et les nombreux autres lieux plus reculés et méconnus. Retrouvez les sur la carte du réseau hydrographique des Hautes-Alpes.